1957-1983: « En route vers le Grand L’Oréal »

1957-1983 : « En route vers le Grand L’Oréal »

© 2014 Photo Pierre Derly  / Françoise Millet / Archives L’Oréal

1957-1983 : « En route vers le Grand L’Oréal »

© 2014 Photo Pierre Derly  / Françoise Millet / Archives L’Oréal

Ce sont les années de formation du Grand L’Oréal. Sous l’impulsion de son président François Dalle, le groupe commence à se développer sur la scène internationale. Des acquisitions de marques stratégiques permettent à l’entreprise d’entamer une croissance spectaculaire. Des produits emblématiques voient le jour. Tout est mis en œuvre pour « savoir saisir ce qui commence ».

Année

1957

  • © Archives L'Oréal / DR

    Dès son arrivée à la tête de L’Oréal, à la mort d’Eugène Schueller, François Dalle donne une formidable nouvelle impulsion à l’entreprise. Créateur du Grand L’Oréal, toujours attentif à la conscience sociale du moment, initiateur de l’éducation en entreprise, François Dalle s’est constamment tourné vers le futur qui, pour lui, est le seul facteur de progrès. Visionnaire, il va mener une politique de rachats ciblés, pour élargir les positions du groupe, dans de nouveaux métiers et de nouveaux circuits de distribution ; développer la recherche, moteur de la croissance interne ; accroître la présence du groupe à l’international ; et démocratiser la beauté pour conquérir de nouveaux consommateurs.

1959

  • © Aroldo Araùjo Propaganda 

    Présent au Brésil dès la fin des années 1930, L’Oréal décide en 1966 de s’y implanter directement et crée PROCOSA (Produtos Cosméticos SA). L’objectif est de répondre aux attentes d’un marché qui connait dans les années 1960 une croissance fulgurante. Le succès est tel qu'avec ses deux usines de Rio de Janeiro et de São Paulo, L’Oréal Brasil est aujourd'hui une plateforme d’exportation pour toute l’Amérique latine.

1960

  • © Archives L'Oréal /DR

    L’Oréal Net en 1958 chez les coiffeurs, puis Elnett en 1960 (de « elle » et « nette ») pour les consommatrices, introduisent non seulement une véritable rupture technologique dans l’univers des produits coiffants, dominé par la brillantine ou la gomme-laque, mais créent surtout une façon nouvelle et extraordinaire de fixer les coiffures. Enfin une fixation souple et un toucher soyeux des cheveux ! En 1962, Elnett Satin adopte sa silhouette dorée élancée et devient la « déesse d’or ». En 1968, nouvelle innovation : la micro-diffusion permet une répartition encore plus fine et uniforme de la fixation et une élimination au plus léger brossage. Sa formule toujours inégalée permet à l’Oréal d’être le leader mondial des laques. L’histoire d’un produit mythique qui se confond avec celle de L’Oréal…

  • © Archives L'Oréal /DR

    Belle Color, un des tout premiers shampoings colorants, joue un rôle primordial dans le développement du marché de la coloration à domicile. Sa facilité et sa rapidité d’application seront à l’origine de son succès. Il préfigure le lancement quelques années plus tard de Récital.

1963

  • © Archives L'Oréal / DR

    Consécration d’un développement spectaculaire et solide, le groupe L’Oréal devient coté à la Bourse de Paris et peut ainsi bénéficier de nouvelles ressources financières. La capitalisation boursière du groupe a été multipliée par 490 depuis 1967.

  • © Alain Le Foll

    Les Françaises découvrent les secrets des rituels du bain à la japonaise avec le premier bain de mousse Obao : un nom directement inspiré du « o-furo », le bain traditionnel japonais qui mêle rite de relaxation et culte du ressourcement. Une nouvelle gestuelle, qui répond à une demande de produits d’hygiène plus sophistiqués que la simple savonnette.

1964

  • ©  Archives L'Oréal / DR

    Créée en 1935 par Armand Petitjean et les frères d’Ornano, Lancôme est une magnifique marque de parfums, de soins et de maquillage, qui incarne déjà dans de nombreux pays l’élégance et le goût français. Ses grands produits (telle la crème Nutrix créée en 1936), son implantation internationale, son réseau de techniciennes-ambassadrices séduisent L’Oréal, qui veut prendre des positions dans la cosmétique haut de gamme et dans le circuit des parfumeries. Le rachat de Lancôme en 1964 est la 1re pierre d’un futur empire du luxe.

  • ©  Archives L'Oréal 

    L’Oréal crée un nouveau métier dans le salon de coiffure, à côté de la coloration et du coiffage : le service de soins capillaires, avec une ligne spécifique, Kérastase. Sa spécificité ? Allier la performance des meilleures formules issues de la Recherche L’Oréal, l’expertise du coiffeur et l’extrême personnalisation du programme de soins, selon chaque nature de cheveux. Très élaboré, précisément séquencé, chaque soin est un véritable rituel de beauté : diagnostic, « bain » lavant, soin expert appliqué selon des techniques étudiées. Une expérience unique de luxe, de bien-être et de beauté. En 1967, Kérastase devient disponible à la revente aux clientes pour permettre à chaque femme de prolonger chez elle le bénéfice du soin en salon. Par ailleurs, la revente aux consommatrices offre aux coiffeurs de nouvelles sources de revenus.

1965

  • © L'Oréal / Tous droits réservés pour Saurin

    Depuis les années 1920, les Laboratoires Garnier commercialisent avec succès divers produits capillaires : la lotion Garnier aux plantes, les shampoings vitalisants Moelle Garnier à base de moelle, la coloration Moelle Color… Le rachat de Garnier permet à L’Oréal d’acquérir un portefeuille de produits capillaires complémentaires, au positionnement « naturel ». Une autre approche du soin du cheveu.

1966

  • © Francis Giacobetti

    Riche de l’expérience de parfumeur de Lancôme, désireux de poursuivre sa croissance sur le marché du luxe, L’Oréal s’allie pour la 1er fois à un grand couturier français, Guy Laroche, pour développer plusieurs parfums. 1er fruit de cette association : Fidji, devenu un grand classique de la parfumerie, au slogan publicitaire inoubliable : « La femme est une île, Fidji est son parfum ».

  • © Archives L'Oréal / DR

    Plus besoin d’aller chez le coiffeur pour se colorer les cheveux. L’Oréal lance Récital dans la grande distribution : des kits de coloration adaptés à la gestuelle de la femme dans sa salle de bain, pour lui permettre de se colorer à domicile en toute sécurité. Le vœu de François Dalle, « Rendre la beauté accessible au plus grand nombre », commence à se réaliser.

1967

  • © Archives L'Oréal

    Pour répondre aux désirs des femmes qui ne veulent pas de permanentes, L’Oréal lance Mini Vague, une toute nouvelle technologie qui procure soutien, souplesse, gonflant et ressort à la coiffure. Son secret : un dosage plus doux, qui produit une ondulation plus naturelle. Son succès est tel qu’en français, le terme « mini vague » est entré dans le langage courant pour désigner une permanente légère.