« Davos des jeunes » : les futurs leaders catalysent le changement chez L’Oréal
Diversité et Inclusion

L’Oréal participe au sommet One Young World depuis 2012. Le Groupe y a envoyé plus de 210 jeunes collaborateurs. A leur retour, des projets innovants ont vu le jour, comme l’intégration de réfugiés au sein du Groupe, ou l’évolution de la place des jeunes dans le travail au quotidien.

One Young World : créer de futurs jeunes leaders
Créé en 2009 par deux anciens de chez Havas, le forum One Young World suscite de nombreuses vocations chez les jeunes qui y participent. Adressé aux moins de trente ans, ce forum a pour objectif d’alerter, de faire réfléchir et d’inspirer les participants quant aux grandes problématiques de ce monde : le changement climatique, les crises financières, l’intelligence artificielle ou encore l’accueil des réfugiés. Séduit par l’initiative, L’Oréal envoie tous les ans depuis 2012 une délégation d’une quarantaine de jeunes issus de ses équipes. Le but ? Les faire réfléchir aux challenges de demain et les inciter à mettre en place des projets de transformation au sein du groupe. Une initiative saluée par les organisateurs du sommet One Young World, qui constatent que les grands groupes, de par leur force de frappe, jouent un rôle majeur dans les initiatives positives de changement. Après Bangkok ou Ottawa les années précédentes, l’édition 2017 s’est tenue à Bogota, rassemblant 1300 jeunes issus de 200 pays différents. Les nombreux ateliers et les interventions de personnalités comme Mohammed Yunus ou Kofi Annan, font tout pour inspirer ces nouvelles générations et en faire de jeunes leaders du changement. C’est d’ailleurs la tête pleine de projets qu’ils reviennent du « Davos des jeunes ».

Favoriser l’intégration professionnelle des réfugiés
Pour faire mûrir les ambitions de chacun, L’Oréal organise au retour de ces futurs jeunes leaders des ateliers de brainstorming. Chacun prend la parole sur les causes qui l’ont touché et sur les projets qu’il/elle voudrait mener. L’objectif : constituer les équipes et définir des plans d’actions. Cinq ans après la première participation de L’Oréal au sommet One Young World, une vingtaine de projets ont vu le jour. Parmi les derniers en date, le projet Interngration, permet à de jeunes réfugiés hautement qualifiés de venir faire un stage de six mois dans l’entreprise. A l’origine du projet, Olivier, Pauline, Tony et Benjamin, quatre participants de l’édition 2016, sensibilisés par les témoignages entendus sur place. A leur retour, ils ont souhaité favoriser l’intégration des réfugiés dans le milieu professionnel de leur pays d’accueil. Présenté devant Jean-Paul Agon, le PDG de L’Oréal, le programme a été mis en application en juillet 2017. L’équipe a fait appel à une start-up sociale, Wintegrate, qui identifie les réfugiés à haut potentiel, et fait matcher ces ressources avec le programme de stages de L’Oréal. Une première promotion de cinq réfugiés originaires de Syrie et du Soudan a ainsi été intégrée dans les services IT, communication, finance et chimie du Groupe. Les quatre jeunes leaders du projet se félicitent de ce premier succès et ambitionnent de doubler l’effectif de la prochaine promotion.

Accorder une place différente à la jeunesse
Si le sommet One Young World interpelle les jeunes sur les solutions qu’ils peuvent proposer pour construire demain, il interroge aussi sur la place qui leur est accordée au quotidien. Un questionnement que Guillaume Pitoiset, Manager RH,  a transposé au sein de la Division Produits Professionnels de L’Oréal à son retour du sommet en 2015. Il a ainsi créé Youth2Growth, un groupe qui rassemble des jeunes de moins de cinq ans d’expérience. Ses règles ? Pas de hiérarchie, et liberté de parole. L’idée est de faire appel à ces jeunes pour des missions à forte valeur ajoutée, où ils pourront librement exprimer leur vision et apporter leur pierre à l’édifice. L’objectif ? S’assurer que la jeunesse peut être entendue, et faire accepter l’idée qu’un jeune peut, parfois, avoir des idées plus fraîches qu’un manager expérimenté. D’autres projets, portés par de futurs jeunes leaders sont également testés au sein du Groupe. Il y a fort à parier que la sixième délégation, qui rentre tout juste de Bogota, sera, elle aussi, accélératrice du changement.