La révélation des cellules souches

Pionniers, au sein de l’industrie cosmétique, de la recherche sur les cellules souches de la peau et du cheveu, les équipes de la Recherche et Innovation L’Oréal y puisent de quoi bâtir de nouvelles stratégies anti-âge.

Culture de cellules souches
Culture de cellules souches
Cultivée in vitro, un seul kératinocyte souche de l’épiderme peut produire plus de 100 milliards de kératinocytes soit l’équivalent de la surface de peau de 1000 adultes !

UN RESERVOIR D’INNOVATION

Notre peau est le réservoir de plusieurs types de cellules souches adultes, qui ont pour mission de renouveler l’épiderme, le derme, les cheveux et les ongles, ou encore d’assurer la cicatrisation et la réparation de la peau en cas d’agression. Rares mais dotées d’un potentiel de prolifération impressionnant, ces cellules sont bien sûr d’un intérêt capital pour la cosmétique. Les chercheurs de L’Oréal s’y intéressent depuis longtemps et ont noué de nombreuses collaborations dans ce domaine avec des équipes scientifiques internationales. Leur ambition ? Mettre au point de nouvelles stratégies pour prévenir et traiter plus efficacement le vieillissement cutané et, dans le futur, aller vers de nouvelles applications dans l’univers de la beauté.

Protéger pour régénérer


Les cellules souches

Les équipes L’Oréal ont déjà à leur actif des avancées décisives. Pour lutter contre le vieillissement de la peau, elles s’efforcent de préserver l’environnement des cellules souches pour améliorer leur potentiel régénératif, qui diminue avec l’âge. Les chercheurs sont ainsi parvenus à identifier des molécules actives dont l’efficacité sur le potentiel régénératif des kératinocytes a été démontrée in vitro sur des modèles de peau reconstruite. Le premier produit à bénéficier de ces avancées a été Absolue Precious Cells de Lancôme lancé en septembre 2009. Autre piste de recherche, consacrée cette fois au cheveu : comprendre les mécanismes de blanchissement et de chute. Pour les enrayer, les chercheurs explorent notamment la piste de la protection des mélanocytes et kératinocytes souches qui ont tendance à disparaître progressivement avec l’âge.