Des secteurs toujours intéressants

Une rue animée de Bangalore

Brigade Road à Bangalore, en Inde. © Getty Images

Une rue animée de Bangalore

Brigade Road à Bangalore, en Inde. © Getty Images

Si l’Inde est notoirement un géant de l’informatique, d’autres secteurs, comme l’automobile, les biens de consommation et les infrastructures, sont désormais eux aussi des moteurs de l’économie.

On constate une forte progression des investissements dans les secteurs de la santé, de l’espace et de la défense (180 %), des plastiques (142 %), des énergies renouvelables (105 %) et du matériel médical (87 %). De même, avec des taux de croissance annuels (enregistrés et prévisionnels) de l’ordre de 15 %, le dynamisme de l’industrie pharmaceutique indienne est incontestable.
Enfin, les biotechnologies, l’innovation et le secteur paramédical se révèlent être les nouveaux relais de croissance.

L’Inde qui, selon Ernst & Young, se présente comme le futur pôle mondial d’exportation industrielle, offre en effet un large éventail de possibilités aux investisseurs étrangers.

Source internationale : première étude Ernst & Young consacrée à l’intérêt présenté par l’Inde

Le saviez-vous ?

 

1/ Selon un rapport d’étude publié par The Pew Charitable Trusts, l’Inde est toujours une destination de choix pour les investissements privés dans les énergies propres.

L’Inde a vu la belle progression de son secteur des énergies propres se poursuivre en 2011, avec une augmentation des investissements privés de 54 % à 10,2 milliards de dollars, ce qui la place au sixième rang des pays du G-20 et au deuxième rang de ces pays en termes de taux de croissance.

2/ En abritant la moitié du « back office » planétaire, l’Inde est le leader mondial du secteur de l’externalisation des processus métier (EPM).

Selon un rapport de Tholons Research, le chiffre d’affaires de 59 milliards de dollars que l’Inde a réalisé en 2011 avec l’externalisation représente une part de 51 % du marché planétaire offshore.

L’emploi direct total du secteur indien de l’informatique et de l’externalisation s’est élevé (en 2011) à 1,98 million de personnes et l’emploi indirect à 7,5 millions de personnes.

3/ D’après le rapport Connected World Series studyde Boston Consulting Group, l’économie indienne en ligne devrait atteindre les 10,8 trillions de roupies (203,77 milliards de dollars) d’ici à 2016.

Avec un taux de croissance de 23 %, les ventes sur Internet placent l’Inde au deuxième rang des pays du G-20 devant nombre d’autres pays en voie de développement.

Le rapport The $4.2 trillion Opportunity: The Internet Economy in G-20 note également que si Internet était un secteur, il occuperait la huitième place dans l’économie indienne.