Un marché des cosmétiques florissant?

Une rue animée de Bangalore

Brigade Road à Bangalore, en Inde. © Getty Images

Une rue animée de Bangalore

Brigade Road à Bangalore, en Inde. © Getty Images

Le secteur indien des cosmétiques se présente comme l’un des marchés qui recèlent un énorme potentiel de croissance. En 2011, le marché indien des cosmétiques affichait une progression impressionnante des ventes à 264,1 milliards de roupies (4,75 milliards de dollars).
D’après le dernier en date des rapports d’étude RNCOS intitulé Indian Cosmetic Sector Forecast to 20151, le taux de croissance annuel composé (TCAC) de ce secteur sera de l’ordre de 17 % au cours de la période 2011-2015.

Stimulé par l’importance croissante que les consommateurs accordent à leur esthétique, ce secteur a enregistré ces dernières années une croissance à deux chiffres (+13 % en 2010), affichant ainsi la plus forte croissance de tous les pays de la région Asie-Pacifique.

Le marché est d’autant plus riche en possibilités que le taux de pénétration de la plupart des produits est encore faible. Ainsi, 50 % seulement des ménages utilisent du shampooing et 23 % des produits de beauté.

Les perspectives sont encourageantes. En effet, même si les dépenses consacrées aux cosmétiques sont encore relativement faibles, les ventes de produits de soin, de maquillage et capillaires – surtout les huiles capillaires – qui connaissent déjà une envolée spectaculaire, devraient continuer à progresser, mais à condition d’innover et de s’adapter aux besoins de ces nouveaux consommateurs et de vendre les produits au bon prix et au bon endroit.

1 Source : India Brand Equity Foundation Retail Report, juin 2012
Source internationale : Indian Hair Care Market Forecast to 2015

Le saviez-vous ?

 

1/ Selon un rapport d’étude publié par The Pew Charitable Trusts, l’Inde est toujours une destination de choix pour les investissements privés dans les énergies propres.

L’Inde a vu la belle progression de son secteur des énergies propres se poursuivre en 2011, avec une augmentation des investissements privés de 54 % à 10,2 milliards de dollars, ce qui la place au sixième rang des pays du G-20 et au deuxième rang de ces pays en termes de taux de croissance.

2/ En abritant la moitié du « back office » planétaire, l’Inde est le leader mondial du secteur de l’externalisation des processus métier (EPM).

Selon un rapport de Tholons Research, le chiffre d’affaires de 59 milliards de dollars que l’Inde a réalisé en 2011 avec l’externalisation représente une part de 51 % du marché planétaire offshore.

L’emploi direct total du secteur indien de l’informatique et de l’externalisation s’est élevé (en 2011) à 1,98 million de personnes et l’emploi indirect à 7,5 millions de personnes.

3/ D’après le rapport Connected World Series studyde Boston Consulting Group, l’économie indienne en ligne devrait atteindre les 10,8 trillions de roupies (203,77 milliards de dollars) d’ici à 2016.

Avec un taux de croissance de 23 %, les ventes sur Internet placent l’Inde au deuxième rang des pays du G-20 devant nombre d’autres pays en voie de développement.

Le rapport The $4.2 trillion Opportunity: The Internet Economy in G-20 note également que si Internet était un secteur, il occuperait la huitième place dans l’économie indienne.