L'évolution des canons esthétiques traditionnels

Jeune femme recevant le pizhichil, un bain d'huile de tradition ayurvédique

Jeune femme recevant le pizhichil, un bain d'huile de tradition ayurvédique. © Getty Images

Jeune femme recevant le pizhichil, un bain d'huile de tradition ayurvédique

Jeune femme recevant le pizhichil, un bain d'huile de tradition ayurvédique. © Getty Images

En Inde, les critères de beauté sont inspirés depuis des siècles par une symbolique particulière. Et même s’ils évoluent actuellement, ils restent fondamentalement ancrés dans la tradition.

Autrefois, un teint clair et des traits bien définis étaient synonymes de rang social élevé et d’appartenance aux meilleures castes. De nos jours, même si la peau claire reste une référence absolue, les notions d’éclat, de souplesse et de velouté s’y ajoutent désormais.

Considéré jadis comme fertile, « fait pour procréer », le corps pulpeux reste un symbole de féminité et de beauté, mais on voit apparaître une dimension de minceur qui n’était pas importante auparavant.

Depuis toujours, une chevelure épaisse, longue et noire est la fierté des Indiennes. Nouée dans la nuque ou déployée dans le dos, elle était le symbole de la maîtrise des instincts. Mais aujourd’hui, si les femmes continuent à attacher de l’importance aux longues tresses noires, elles veulent cependant avoir des cheveux soyeux, doux et lisses.

Ces canons esthétiques cernent l’idéal de beauté panindien – qui existe en dépit de la diversité régionale – et sont incarnés par des figures emblématiques comme Aishwarya Rai et Kareena Kapoor. Ainsi, le terme gori, qui signifie « clair », est devenu synonyme de belle femme.

Le saviez-vous ?

 

1/ Trois vedettes indiennes font partie du cercle très fermé des égéries de L’Oréal : l’actrice et ancienne Miss Monde Aishwarya Rai, Freida Pinto que l’on a découverte dans le film Slumdog Millionaire (2008) et, plus récemment, la vedette de Bollywood Sonam Kapoor qui est le nouveau visage de L’Oréal Paris en Inde.

Ces trois figures emblématiques incarnent à la perfection l’idéal de beauté indien : teint clair, longue chevelure noire et soyeuse et grand yeux expressifs.

2/ Le bindi – ou kumkum – est le point qui orne le front des Indiens entre les sourcils.

Ce symbole religieux peut aussi n’être qu’un simple ornement. Dérivé du sanscrit bindu (« goutte »), le bindi représente le troisième œil mystique d’une personne et symbolise la bonne fortune.

Traditionnellement appliqué avec la poudre kum-kum rouge, il est parfois remplacé de nos jours par des autocollants de toutes formes, tailles et couleurs.

3/ Si chaque attribut de beauté a son importance en Inde, ils ne sont cependant pas les mêmes pour les hommes que pour les femmes, même si le teint reste le critère primordial.

Pour les femmes : 1. un teint clair, 2. une peau sans imperfections, 3. une silhouette séduisante, 4. de beaux yeux, 5. de longs cheveux soyeux.

Pour les hommes : 1. une silhouette sportive, 2. un teint clair, 3. une peau sans imperfection, 4. un regard expressif, 5. une chevelure vigoureuse.

Source : Etude de consommation L’Oréal, 2011