L'approche globale du marché

La marque Lancôme est ambassadrice du luxe dans le monde entier

Un point de vente Lancôme en Corée du Sud : L’essentiel des ventes est désormais réalisé à l’export. © L'Oréal

La marque Lancôme est ambassadrice du luxe dans le monde entier

Un point de vente Lancôme en Corée du Sud : L’essentiel des ventes est désormais réalisé à l’export. © L'Oréal

Si l’austérité économique frappe de plein fouet la plupart des pays occidentaux, cette conjoncture ne touche pas toutes les régions de la même façon. Dans les pays en développement, une classe moyenne émerge, toujours plus avide de goûter aux charmes du luxe.

Cette redistribution des richesses modifie le visage de l’industrie du luxe.

Les produits de grande consommation sont depuis longtemps adaptés aux exigences des marchés locaux. Les industriels ont compris que les Asiatiques, Européens ou encore Africains n’ont pas les mêmes attentes en termes de cosmétiques et donc différentes habitudes d’achat. Les gammes de luxe sont en revanche plus unifiées, car les consommateurs sont justement à la recherche de cette étiquette haut de gamme qui transcende les régions et les coutumes.

La clientèle, elle, change peu à peu de visage. L’essentiel des ventes, cosmétiques et soins en tête, est désormais réalisé à l’export. Si plusieurs pays émergents comme l’Afrique du Sud, l’Indonésie ou certains pays d’Asie centrale apparaissent désormais eux aussi sur la carte des marchés du luxe, c’est la Chine qui est l’objet de tous les regards. Un quart des achats de luxe sont imputés aux Chinois en 2012. Une large classe moyenne aisée (elle représentera 280 millions de foyers en 2020 soit deux fois plus qu'en 2011) et le récent développement des réseaux de distribution des groupes de luxe expliquent le phénomène.

Le Moyen-Orient reste également un marché à fort potentiel de développement pour les marques de luxe notamment celles du secteur de la beauté et le continent américain affiche quant à lui des résultats prometteurs, en particulier pour les parfums.

Le saviez-vous ?

 

1/ Un quart des achats de luxe dans le monde en 2012 sont imputables aux Chinois, selon une étude réalisée en octobre 2012 par Bain & Company, pour la Fondation Altagamma. Ces consommateurs de luxe chinois, relativement jeunes, sont friands de cosmétiques.

2/ Selon le cabinet Bain & Company, le marché du luxe pourrait atteindre 230 milliards d’ici 2014. Entre 1995 et 2011, ce marché est passé de 77 milliards d'euros à 191 milliards.

3/ Plus de 40% des achats de luxe sont faits lors de voyages touristiques. Le Travel Retail est d’ailleurs l’un des principaux moteurs de la croissance de la division Luxe de L’Oréal.