Des disparités au sein d’une croissance économique globale

Ces dernières années, quelques-unes des économies qui connaissent la croissance la plus rapide du monde se trouvent en Afrique subsaharienne. En effet les perspectives économiques y sont prometteuses mais contrastées. Le PIB par habitant est en hausse. Mais si la croissance globale est remontée à 5,3% en 2012 et à 5,6% en 2013, grâce à la fermeté de la demande à l’exportation, à l’augmentation du prix des produits de base, et à l’augmentation des dépenses publiques dans l’infrastructure, les disparités entre pays sont flagrantes.

Ainsi dans les pays d’Afrique de l’Ouest, la croissance économique s’est essoufflée. Ce ralentissement est dû en grande partie aux violences civiles qui ont entrainé l’effondrement des exportations et du secteur financier en Côte d’Ivoire, et la diminution de la production de pétrole au Nigeria. A l’inverse l’accélération de la croissance au Ghana (12,2%), stimulée par l’exploitation commerciale du pétrole et la croissance solide de l’agriculture, du secteur minier et des services, a rééquilibré le panorama régional. L’Afrique du Sud atteint elle, une croissance de 3,1% en 2011 grâce à la baisse de l’inflation qui engendre plus de dépenses de consommation.

La diversification des exportations a également joué un rôle essentiel dans l’augmentation de la croissance. Avant l’an 2000, le sort de l’Afrique subsaharienne était lié à celui de l’Europe et des États-Unis. Ces marchés ont toujours une importance capitale. Mais le rapprochement avec le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine - les BRIC - ainsi qu’avec les pays du Golfe et la Turquie, a contribué à mettre en partie, l’Afrique à l’abri de la crise économique mondiale, puis à lancer la reprise. Cet effet a surtout opéré via l’investissement étranger direct notamment celui de la Chine. Si cette dynamique se confirme, l'Afrique deviendra un moteur essentiel pour l'économie mondiale.

Ainsi ces 15 dernières années, la forte croissance économique a produit des changements visibles dans toute l'Afrique subsaharienne entraînant des évolutions sociales, notamment l’émergence lente d’une classe moyenne sur le continent.

Source principale :
Global economic prospects: Uncertainties and vulnerabilities - World Bank, 2012