Patchs bioélectroniques pour étudier la santé de peau
Recherche & Innovation

circuit
A l’heure du Big Data, la peau a aussi son mot à dire.

Que souhaite-t-elle nous dire ? Quel type de données pourrait-elle générer ?
Il s’agit de nous informer de sa condition thermique. Et pour deux raisons: car cette dernière pourrait être connectée et corrélée avec d’autres données (par exemple, avec l’épaisseur du stratum corneum, les propriétés thermiques et leur changement), et contribuer ainsi à l’analyse plus poussée de l’efficacité des ingrédients actifs.

Main dans la main, avec l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign, et l’Université de Technologie de Tempere, les chercheurs de L’Oréal ont publié un article ouvert (open access) dans PLOS ONE, intitulé “Thermal Transport Characteristics of Human Skin Measured in Vivo Using Ultrahin Conformal Arrays of Thermal Sensors and Actuators”.

Cette publication démontre comment ces différents devices peuvent être utilisés dans le domaine de cosmétologie et dermatologie, et dans l’évaluation des effets thermiques de façon non-invasive.

La faisabilité est illustrée par la mesure des liens étroits entre l’hydratation de la peau et les propriétés thermiques in vivo, des 6 différentes parties du corps (joue, l’avant-bras, l’avant-bras dorsal, paume de main, poignée et talon) sur un panel constitué de 25 personnes.

Pour lire la publication en entier, suivez ce lien
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4319855/