Write Her Future : Lancôme engagé contre l’illettrisme
Commitments

Write her future Lancome no text

L’émancipation passe par l’alphabétisation
Le Président-Directeur Général du Groupe L’Oréal, Jean-Paul Agon, l’a rappelé en ce début d’année : « il est aujourd’hui primordial que l’entreprise joue un rôle social. » Dans ce contexte, la marque de luxe Lancôme a choisi de s’engager pour une cause en phase avec ses valeurs et sa dimension internationale : l’illettrisme des jeunes femmes à travers le monde. Un engagement en lien direct avec la mission de la marque : aider les femmes dans leur quête d’épanouissement personnel et dans l’expression de ce qui les rend uniques. Françoise Lehmann, Présidente de Lancôme International, l’affirme : « En s’adressant aux femmes adultes à travers le monde, le programme Write Her Future s’inscrit parfaitement dans l’ADN de Lancôme. » Pour ce faire, Lancôme s’est associé avec l’association CARE, qui accompagne près de 60 millions de personnes dans 90 pays. Mues par la même volonté d’agir, l’ONG et la marque ont fondé ce partenariat sur une confiance mutuelle et des expertises complémentaires.

Une situation préoccupante pour 76 millions de femmes dans le monde
Selon l’UNESCO, 76 millions de femmes ne savent ni lire ni écrire à travers le monde. Un illettrisme qui touche les populations les plus pauvres dans tous les pays, et qui se répète de génération en génération. La raison ? Dans les familles défavorisées, les jeunes filles quittent très tôt l’école pour travailler et aider leur famille. Une situation qui freine drastiquement leur chance d’obtenir un emploi et qui entraîne leurs propres enfants à abandonner l’école pour les mêmes raisons. Dans cette optique, l’approche de Lancôme et CARE se veut avant tout pragmatique : se baser sur les besoins concrets des jeunes femmes pour leur apporter des connaissances qu’elles pourront appliquer directement à leurs activités quotidiennes.

Donner un écho maximal à la cause
Dans un premier temps, Lancôme et CARE ont décidé de concentrer leurs efforts au Maroc, en Thaïlande et au Guatemala. Dans chacun de ces pays, la lutte contre l’illettrisme revêt une forme différente. Au Maroc, cela va permettre de réduire l’échec scolaire des enfants en facilitant la participation des jeunes mères à l’éducation. En Thaïlande, le programme a pour but de faire reconnaître les femmes en tant qu’actrices du monde économique. Au Guatemala enfin, il s’agira de leur apprendre l’espagnol pour les aider à faire respecter leurs droits.

En parallèle de cette action sur le terrain, Lancôme a lancé le 20 février dernier une vaste campagne de sensibilisation sur les médias sociaux : « Write your name so she can write her future. » Un slogan en référence à ces jeunes femmes qui ne savent pas écrire leur nom. Afin de donner un écho maximal à cet engagement, la marque fait appel à des égéries emblématiques telles que Julia Roberts, Kate Winslet ou Penélope Cruz, qui ont accepté d’associer leur nom à cette cause. Une démarche que salue Philippe Lévêque, Directeur Général de CARE France : « Lancôme a accès à une population mondiale et peut mobiliser l’opinion publique. C’est un pouvoir énorme. » 

Côté résultats, Lancôme souhaite que d’ici cinq ans 8 000 jeunes femmes aient pu bénéficier directement du programme, et 40 000 personnes de manière indirecte. Un projet qui ne tardera pas à voir le jour en Europe également, notamment en Allemagne, en France et en Italie, où « il s’agit d’une réalité tout aussi prégnante », rappelle Françoise Lehmann.