La Fondation D’Entreprise L’Oréal Et L’Unesco Récompensent Cinq Femmes Scientifiques D’Exception Par Le Prix 2011
« Pour Les Femmes Et La Science » Groupe

Le Président du Jury du Prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science, le Pr. Ahmed Zewail, annonce aujourd’hui le palmarès des cinq Lauréates de l’édition 2011. Chaque année, 5 femmes scientifiques émérites, une par continent, sont mises à l’honneur pour la contribution de leur travaux, la force de leur engagement et leur empreinte dans la société. Avec le Centenaire du Prix Nobel de Chimie de Marie Curie en 2011, cette année, le Programme pour les Femmes et la Science prend tout son sens plaçant les femmes et la chimie au cœur du débat scientifique.

La cérémonie de remise des prix se déroulera le 3 mars 2011, à l’UNESCO à Paris. Chaque Lauréate recevra 100 000 dollars pour sa contribution à la science.

Palmarès du 13ème Prix L’Oréal-UNESCO 2011 pour les Femmes et la Science

Plus de 1000 scientifiques de haut niveau du monde entier ont identifié les candidates issues des 5 continents. Le jury international, composé de 16 membres éminents de la communauté scientifiques et présidé par Ahmed Zewail, Prix Nobel de Chimie 1999, a élu les 5 chercheuses en Sciences Physiques, lauréates du Prix 2011. Leurs travaux pionniers contribuent à apporter des solutions aux enjeux planétaires.

Le Pr. Zewail a déclaré : "C’est un grand plaisir pour moi de présider ce jury et de promouvoir cette action d’une grande envergure internationale. Les femmes scientifiques distinguées par le prix L’Oréal-UNESCO, qui viennent du monde entier, nous permettent d’espérer un meilleur futur."

AFRIQUE et les ETATS ARABES

Professeur Faiza AL-KHARAFI

Professeur de Chimie, Université de Koweït, Safat, KOWEÏT

Pour ses travaux sur la corrosion, un problème d’une importance fondamentale pour le traitement de l’eau et pour l’industrie pétrolière.

Née au Koweït, Faiza Al-Kharafi a obtenu une Licence à l’Université Am Shams, en Egypte, avant de retourner au Koweït pour poursuivre son Master et son Doctorat à l’Université de Koweït. Elle a ensuite occupé un certain nombre de postes d’enseignement et de recherche à l’Université de Koweït, notamment le poste de première femme présidente de l’université de 1993 à 2002. Le premier Symposium de Chimie Koweït-France a été tenu sous son patronage en 2009. Elle est actuellement Vice-Présidente de l’Académie des Sciences pour les Pays en Développement.

ASIE / PACIFIQUE

Professeur Vivian Wing-Wah YAM

Professeur de Chimie énergétique, Université de Hong Kong, CHINE

Pour ses travaux sur les matériaux émetteurs de lumière et les méthodes innovantes pour capturer l’énergie solaire.

Vivian Wing-Wah Yam est née à Hong Kong, où elle a effectué ses études universitaires, obtenant son Doctorat à l’Université de Hong Kong. Après deux ans à la Cité Polytechnique de Hong-Kong, elle s’installe à l’Université de Hong Kong en 1990 dont elle devient Professeur en 1997 et Présidente en 1999. Elle fut ensuite Directrice de la Chimie de 2000 à 2005, et obtient la chaire Philip Wong Wilson Wong en Chimie énergétique en 2009 à l’Université de Hong Kong. Elle est membre de l’Académie Chinoise de Sciences et de l’Académie des Sciences pour les Pays en Développement. Elle a également reçue la médaille du Centenaire de la Société Royale de Chimie pour ses travaux.

EUROPE

Professeur Anne L’HUILLIER

Professeur de Physique atomique, Université de Lund, SUÈDE

Pour ses travaux sur le développement d’un appareil photo d’une extrême rapidité pouvant enregistrer des faits dans une attoseconde (un milliardième de milliardième de seconde).

Anne L’Huillier a obtenu un Doctorat en Sciences Physiques en France, son pays de naissance, à l’Université Paris VI. Après des recherches post-doctorales en Suède et aux Etats-Unis, elle a passé 9 ans au Centre d’Energie Atomique français en tant que chercheuse. Elle a ensuite intégrée l’Université de Lund, où elle est Professeur de Physique Atomique depuis 1997. Anne L’Huillier a reçu de nombreuses récompenses. Elle est également membre de la Société Américaine de Physique et de l’Académie Suédoise des Sciences.

AMERIQUE LATINE

Professeur Silvia TORRES-PEIMBERT

Professeur émérite, Institut de l’Astronomie, Université de Mexique (UNAM), Mexico City, MEXIQUE

Pour ses travaux sur la composition chimique des nebulae qui est fondamentale à la compréhension de l’origine de l’univers.

Native du Mexique, Silvia Torres-Peimbert a obtenu son Doctorat à l’Université de Californie – Berkeley, aux Etats-Unis. Elle est ensuite devenue Professeur à la Faculté des Sciences et à l’Institut d’Astronomie de l’UNAM. Elle est aujourd’hui Professeur émérite et, depuis 2009, Coordinatrice des Sciences Physiques, Mathématiques et Ingénieur à l’université. Elle est membre de la Société Américaine d’Astronomie, de l’Académie des Sciences pour les Pays en Développement, et ancienne Vice-Présidente de l’Union Internationale d’Astronomie.

AMERIQUE DU NORD

Professeur Jillian BANFIELD

Professeur des Sciences de la Terre et Planétaires, de la Science, politique et gestion de l’Environnement, des Sciences des matériaux et de l’ingénierie, Université de Californie, Berkeley, ETATS-UNIS

Pour ses travaux sur le comportement des bactéries et de la matière dans des conditions extrêmes ayant une incidence sur l’environnement et la Terre.

Originaire d’Australie, Jillian Banfield a obtenu un diplôme de Géologie à l’Université nationale d’Australie. Elle a, par la suite, effectué un Doctorat en Science de la Terre et de la Planète à l’Université Johns Hopkins, aux Etats-Unis. De 1990 à 2001, elle a été Professeur à l’Université du Wisconsin-Madison. Depuis, elle est Professeur à l’Université de Californie-Berkeley et scientifique affiliée au Laboratoire National Lawrence Berkeley. Elle a été récompensée par de nombreux prix prestigieux, notamment par une Bourse MacArthur, la Médaille Dana de la Société Américaine de Minéralogie, et une Bourse de la Fondation John Simon Guggenheim. Elle a été élue à l’Académie Nationale Américaine des Sciences en 2006.

Un programme pionnier pour la promotion des femmes de science.

Depuis 13 ans, la Fondation d’entreprise L’Oréal et l’UNESCO font le pari de reconnaitre celles qui, par la portée de leurs travaux, contribuent à relever les grands enjeux planétaires. Chaque année, le Programme pour les Femmes et la Science met en lumière l’excellence scientifique et encourage les talents.

Face à des défis mondiaux comme l’accélération des nouvelles technologies, le vieillissement de la population, ou la biodiversité menacée, L’Oréal et l’UNESCO restent convaincus que ces chercheuses laisseront une empreinte forte et représentent le socle de l’avenir. L’Oréal et l’UNESCO souhaitent donc contribuer à leur reconnaissance et leur donner les moyens de continuer leur engagement avec force et passion.

En 13 ans, les Prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science ont distingué 67 Lauréates, dont 2 sont devenues Prix Nobel en 2009, et 864 bourses ont été remises à des jeunes scientifiques de 93 pays afin qu’elles poursuivent leurs travaux de recherche. Ainsi, ce programme est devenu une référence de l’excellence scientifique à l’échelle internationale et révèle chaque année les contributions de ces femmes de science.

Contacts Presse

L’Oréal

Catherine Rose / 01 47 56 85 42 / crose@dgc.loreal.com

Laura Lovasik / 01 47 56 76 77 / llovasik@dgc.loreal.com

Agence ELAN

Emily Le Moult / 01 40 89 96 41 / emily.lemoult@agence-elan.com

Courtney MacNeil / 01 40 89 96 42 / courtney.macneil@agence-elan.com

UNESCO Service de Presse

Sue Williams / 01 45 68 17 06 / s.williams@unesco.org

A propos de la Fondation d’entreprise L’Oréal

Créée en 2007, la Fondation d’entreprise L’Oréal s’engage au quotidien pour contribuer à rendre le monde plus beau. S’appuyant sur les valeurs et les métiers de l’Oréal, la Fondation a pour vocation de renforcer et de pérenniser l’engagement citoyen du Groupe L’Oréal. 2ème Fondation d’entreprise en France avec un budget pluriannuel de 40 millions d’euros, la Fondation L’Oréal s’engage dans trois domaines : promouvoir la recherche scientifique et la place des femmes dans la science, aider les personnes fragilisées par l’altération de leur apparence à retrouver l’estime de soi et à se réinsérer socialement, et favoriser l’accès à leur éducation.

A propos de l’UNESCO

Depuis sa création en 1945, l’UNESCO a poursuivi la mission de promouvoir la science au service du développement durable et de la paix. Elle met l’accent sur les politiques et le renforcement des capacités dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’innovation, l’enseignement des sciences, la gestion durable de l’eau douce et des ressources océaniques et terrestres, la protection de la biodiversité, enfin sur les changements climatiques. L'Organisation s'est aussi consacrée à l'élimination de toute forme de discrimination et à la promotion de l'égalité entre hommes et femmes, notamment dans la recherche scientifique.