Femmes et Science : moins d’un chercheur sur 3 est une chercheuse, selon un rapport mené pour la Fondation L’Oréal Groupe

Logo Fondation

PARIS, LE 19 MARS 2014. A l’occasion de la 16e cérémonie du Prix L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science, et en présence des cinq Lauréates 2014, La Fondation L’Oréal a dévoilé ce matin les conclusions d’un rapport international mené par le Boston Consulting Group sur la place des femmes dans le secteur scientifique. Les résultats montrent une sous-représentation féminine encore criante au sein de la communauté scientifique internationale, malgré une légère progression dans les dix dernières années. Ce décrochage des femmes par rapport aux hommes s’effectue à plusieurs moments clés du parcours académique et professionnel.

Depuis la fin des années 90, le pourcentage de femmes au sein de la recherche scientifique a augmenté de 12 % seulement

C’est pour mieux comprendre la persistance de ce déséquilibre entre hommes et femmes, et les différents paliers au cours desquels s’opère le décrochage des femmes que la Fondation L’Oréal a souhaité réaliser un état des lieux. Avec moins d’un chercheur sur trois dans le monde qui est une femme , force est de constater que la parité entre chercheurs et chercheuses en science n’a que peu progressé.

Une lycéenne a trois fois moins de probabilités qu’un lycéen d’obtenir un doctorat en science

Alors que filles et garçons font preuve de performances similaires dans les matières scientifiques au lycée1 , les jeunes filles s’écartent progressivement de la science au cours de leur cursus.

Ainsi, en remontant toute la filière, on observe que seuls 32 % des titulaires d’un diplôme de premier cycle universitaire en science sont des femmes.. Une proportion qui baisse à 30 % pour les titulaires d’un master et à 25 % pour les doctorats.

Au sein de l’Union Européenne, seules 11% des plus hautes fonctions académiques sont tenues par des femmes dans les matières scientifiques. Le pourcentage des femmes à la tête des institutions scientifiques varie d’un pays à un autre : 6% au Japon, 27% aux Etats-Unis, 29% en France ou encore 34% en Espagne. Quant aux Prix Nobel scientifiques, moins de 3% ont été attribués à des femmes depuis la création de cette récompense en 1901, soit 16 prix seulement, dont 2 à Marie Curie.

Stéréotypes et idées reçues sont les premiers obstacles au choix d’un parcours scientifique par les jeunes étudiantes

Les jeunes filles - mais aussi les parents, les enseignants et la société tout entière – semblent avoir des idées préconçues qui découragent certaines d’entreprendre des études scientifiques, comme le révèlent ces verbatim : « la science, c’est poussiéreux » « les garçons ne s’intéressent pas aux filles qui aiment les sciences », « il n’y a pas de débouchés après les études scientifiques », « je veux faire avancer les choses, changer le monde, et travailler dans un labo ou étudier la physique ne le permet pas », « je ne veux pas ressembler à un "savant fou", incapable de relations sociales ».

Mais le stéréotype le plus alarmant est celui qui suggère les hommes seraient meilleurs en science… alors qu’aucune étude ne le prouve.

La Fondation L’Oréal, toujours plus engagée en faveur des femmes scientifiques

Depuis 16 ans, la Fondation L’Oréal, à travers son programme international L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science, identifie et distingue des chercheuses d’exception et attribue également des bourses de recherche à de jeunes scientifiques prometteuses. Au total, ce sont plus de 2 000 femmes qui ont été récompensées depuis 1998.

Pour mettre la lumière sur les femmes qui font avancer la science à travers le monde, la Fondation L’Oréal a lancé, le 8 mars 2014,DiscovHER, le premier media en ligne dédié aux femmes de science,, http://www.discov-her.com.

" Récompenser l’excellence scientifique de ces femmes et faire connaitre leur talent auprès du grand public a permis de donner des modèles de réussite aux jeunes générations et d’illustrer par l’exemple que la science n’est pas réservée aux hommes. La Fondation L’Oréal peut maintenant s’attacher à donner envie à plus de jeunes filles de choisir la science " affirme Sara Ravella, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal.

A l’automne prochain, la Fondation L’Oréal dévoilera ses nouveaux projets pour susciter plus de vocations féminines en faveur de la science et déconstruire les stéréotypes, apportant ainsi une réponse concrète au décalage identifié dans le rapport du Boston Consulting Group.

 

RAPPORT DU BOSTON CONSULTING GROUP - NOVEMBRE 2013

Etude conduite par le Boston Consulting Group dans 14 pays: France, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis, Japon, Chine urbaine, Brésil, Argentine, Afrique du Sud, Maroc, Égypte, Inde et Indonésie.
L’analyse s’est concentrée sur 7 pays comparables en termes d’accès à l’éducation et de droits des femmes : France, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis, Japon, Chine urbaine.
Les chiffres cités ci-dessus sont des analyses élaborées à partir de statistiques issues de ces pays ainsi que de données collectées exclusivement par le Boston Consulting Group pour la Fondation L'Oréal.
Sources principales : UNESCO, OCDE, instituts statistiques nationaux (entre 2000 et 2012), The Boston Consulting Group.

 

Le rapport est disponible sur www.discov-her.com/mediacenter

Plus d’information sur le programme L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : www.loreal.fr/foundation

Suivez le programme :
sur Facebook https://www.facebook.com/forwomeninscience
sur Twitter #womeninscience

 

CONTACTS PRESSE :

Agence ELAN pour la Fondation L'Oréal
Juliette Jacovidis / +33 (0)1 40 89 96 64 / Juliette.jacovidis@agence-elan.com
Emma Callus / +33 (0)1 40 89 96 69 / emma.callus@agence-elan.com

 

A PROPOS DE LA FONDATION L’OREAL
La Fondation L’Oréal est engagée sur deux grands thèmes que sont la science et la beauté solidaire. Porteuse de valeurs d’excellence, de générosité et de créativité, la science est au cœur des engagements de la Fondation qui promeut notamment la place des femmes dans les carrières de la recherche, à travers son programme Pour les Femmes et la Science, désormais développé dans le monde entier en partenariat avec l’UNESCO.
Convaincue que la beauté est un besoin essentiel reposant sur des métiers de passion et de relation, la Fondation a lancé plusieurs programmes autour d’une vision solidaire et généreuse de la beauté. La Fondation s’engage ainsi auprès de personnes en situation de vulnérabilité sociale ou atteintes dans leur intégrité physique ou mentale à retrouver l’estime d’elles-mêmes grâce à une prise en charge de leur apparence ou une formation au métier de la beauté. www.fondationloreal.com

1Etude PISA (Program for International Student Assessment) de l’OCDE – 2012 - 65 pays