17ème édition du Prix L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science Groupe

  • 17 prix loreal unesco
  • 17 prix loreal unesco2
  • 17 prix loreal unesco3
  • 17 prix loreal unesco4
  • 17 prix loreal unesco5

UNE SOIREE POUR CELEBRER L’EXCELLENCE DES FEMMES EN SCIENCES

PARIS, le 18 mars 2015. Dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne à Paris, devant un public de 700 personnes, composé d’experts et de leaders d’opinion (scientifiques, institutionnels, médias…) 5 femmes scientifiques d’exception et 15 jeunes chercheuses ont été mises à l’honneur lors de la 17ème Cérémonie L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science. L’événement qui s’est tenu ce soir a été inauguré par Irina Bokova, Directrice Générale de l’UNESCO et Jean-Paul Agon, Président de la Fondation L’Oréal et Président-Directeur Général de L’Oréal.

Irina Bokova a rapidement donné le ton de l’événement : « Nous ne célébrons pas des « femmes scientifiques », nous célébrons des scientifiques d’excellence, qui par ailleurs sont des femmes ».

Un engagement de longue date pour les femmes en science

En 1998, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO ont réuni leurs forces pour une meilleure représentation des femmes en science, un secteur encore largement dominé par les hommes. « Aujourd’hui encore seulement 30 % des chercheurs dans le monde sont des femmes. Les préjugés, les représentations fausses n’ont pas disparu et favorisent cette éclipse des femmes en sciences » a expliqué Jean-Paul Agon.

Depuis 17 ans, le programme L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science encourage, célèbre et honore des femmes scientifiques dans le monde entier. Chaque année, le programme distingue cinq chercheuses, venues de chaque grande région du monde, pour leurs découvertes extraordinaires et offre également des bourses à 236 jeunes chercheuses. Depuis le lancement du programme, plus de 2250 femmes de grand talent ont été récompensées dans plus de 110 pays.


« A travers notre partenariat L’Oréal-UNESCO, nous poursuivons avec une grande continuité le même rêve : celui de libérer la force créatrice d’une moitié de l’humanité. » a déclaré Jean-Paul Agon dans son discours d’ouverture.

Cinq Lauréates d’exception primées pour leurs découvertes révolutionnaires dans les sciences de la matière

“Ce soir, nous célébrons cinq scientifiques exceptionnelles qui réécrivent l’histoire de la science, et sont une source d’inspiration pour toutes les femmes” a affirmé Irina Bokova.

Véritables modèles pour les futures générations de scientifiques, les cinq Lauréates du Prix 2015 Pour les Femmes et la Science ont impressionné le jury et le public par leur passion, leur détermination et leur créativité. Leurs travaux n’ont pas uniquement repoussé les limites du savoir dans les sciences de la matière, mais ils pourraient avoir un réel impact sur nos vies.

- Lauréate pour l’Afrique et les Etats Arabes, Pr. Rajaâ Cherkaoui El Moursli. Physique des Hautes Énergies et Physique Nucléaire. Professeur, Université Mohammed V, Rabat, MAROC.Elle est récompensée  pour sa contribution décisive dans la détection de la particule responsable de la création de la masse dans l’univers : le boson de Higgs.

- Lauréate pour l’Asie-Pacifique, Pr. Yi Xie. Chimie inorganique. Professeur, Université de Sciences et Technologie de Chine, Hefei, CHINE. Elle est récompensée pour ses travaux novateurs sur la création de nouveaux matériaux de l’épaisseur d’un atome ayant d’importantes applications dans la conversion de la chaleur et de l’énergie solaire en électricité.

- Lauréate pour l’Europe, Pr. Dame Carol Robinson. Chimie physique et spectrométrie de masse Professeur de chimie, Université d’Oxford, Royaume-Uni. Elle est récompensée avoir créé une méthode révolutionnaire d’étude de la fonction des protéines, plus particulièrement les protéines membranaires qui jouent un rôle critique dans plusieurs processus vitaux.

- Lauréate pour l’Amérique Latine, Pr. Thaisa Storchi Bergmann. Physique et astronomie. Professeur, Université fédérale de Rio Grande do Sul, Porto Alegre, BRÉSIL. Elle est récompensée pour ses travaux exceptionnels sur la compréhension des mécanismes de formation des trous noirs super-massifs au cœur des galaxies, leur évolution et leur interaction avec leur environnement.

- Lauréate pour l’Amérique du Nord, Pr. Molly S. Shoichet, Chimie des polymères. Professeur de génie chimique et chimie appliquée, Chimie et biomatériaux et génie biomédical, Université de Toronto, Canada. Elle est récompensée pour ses approches uniques et pionnières dans la création de biomatériaux pour la régénération du tissu nerveux et pour le développement de nouvelles méthodes de diffusion de produits bio-thérapeutiques dans le système nerveux central.

15 jeunes chercheuses prometteuses capables de changer le monde sont encouragées dans leur recherche

Dans la continuité de cet engagement, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO récompensent également, depuis cette année, 15 jeunes chercheuses talentueuses choisies parmi les 236 Boursières récompensées en 2014.

Au cours de la soirée, Sara Ravella, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal et Flavia Schlegel, Sous-Directrice générale pour les sciences exactes et naturelles, leur ont personnellement remis leur bourse qui les aidera à développer leur carrière et leur apportera une visibilité internationale. Ces 15 chercheuses prometteuses sont parmi les jeunes femmes scientifiques les plus douées au monde.

Afrique et États-Arabe:
- Dr. Nourtan Abdeltawab, Egypte. Elle est récompensée pour son projet sur la pharmacogénétique de l’hépatite C en Égypte : étude des effets de la génétique sur les résultats d’une nouvelle trithérapie au sein de la population égyptienne.
- Dr. Sanaa Sharafeddine, Liban. Elle est récompensée pour son projet visant à améliorer la conception et l’exploitation des réseaux électriques intelligents dans les pays émergents.
- Adriana Marais, Afrique du Sud. Elle est récompensée pour son projet sur les origines quantiques de la vie : une description de l’apparition de la vie à partir de matière inanimée.


Asie-Pacifique:
- Dr. Kathryn Holt, Australie. Elle est récompensée pour son projet de lutte contre une nouvelle «super bactérie» résistante aux antibiotiques.
- Dr. Chan Yoke-Fun, Malaisie. Elle est récompensée pour son projet de mise au point de nouveaux peptides thérapeutiques ciblant le mécanisme d’autophagie des cellules hôtes pour lutter contre les infections à l’entérovirus A71.
- Dr. Phuong Ha-Lien Tran, Vietnam. Elle est récompensée pour son projet sur le développement de micelles polymèriques à base de fucoidan pour diagnostiquer et traiter le cancer.

Europe:
- Dr. Signe Normand, Danemark. Elle est récompensée pour son projet sur la transformation de la toundra à l’aide des premiers drones au service de l’écologie.
- Dr. Aurore Avarguès-Weber, France. Elle est récompensée pour son projet sur l’élucidation des mécanismes neurobiologiques de la cognition visuelle dans des cerveaux miniatures.
- Dr. Eva Pellicer, Espagne. Elle est récompensée pour son projet sur les matériaux nanoporeux destinés à la production massive d’hydrogène.

Amérique Latine :
- Dr. Ariela Vergara, Chili. Elle est récompensée pour son projet d’exploration de la base structurale des mécanismes des transporteurs membranaires au moyen de méthodes computationnelles, qui font avancer la compréhension des troubles neuropathologiques.
- Dr. Matilde Jimenez Coello, Mexico. Elle est récompensée pour son projet sur l’expression et la validation de potentiels biomarqueurs cardiaques sur un modèle animal porteur du Trypanosoma cruzi (DTU I et VI), en phase aiguë et chronique de la maladie de Chagas.
- Dr. Carolina Horta Andrade, Brésil. Elle est récompensée pour son projet sur la découverte de médicaments multi-cibles contre la leishmaniose fondée sur une stratégie en chimie médicinale intégrée.

Amérique du Nord :
- Dr. Mary Caswell Stoddard, Etats-Unis. Elle est récompensée pour son projet sur l’ingénierie aviaire de la coquille d’œuf : innovations évolutionnaires de la couleur et de la structure.
- Dr. Vanessa D’Costa, Canada. Elle est récompensée pour son étude des mécanismes qui permettent à la Salmonelle d’échapper à la vigilance du système immunitaire.
- Dr. Bhama Ramkhelawon, Etats-Unis. Elle est récompensée pour son projet sur le rôle de l’hypoxie dans le maintien d’une inflammation chronique par l’expression de la Nétrine 1 dans les macrophages du tissu adipeux chez les patients obèses.

Pour plus d’informations et de visuels rendez-vous sur www.loreal.com/medias/press-releases.aspx
www.discov-her.com/mediacenter
Restez connectés via Facebook (L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science)
et Twitter @4womeninscience. #womeninscience

CONTACTS
Agence MATRIOCHKA pour la Fondation L’Oréal
Caroline Grangié / +33 (0)6 24 49 28 14 / caroline@mtrchk.com
Fondation L’Oréal
Catalina Gonzales Decker/+33 (0)6 13 03 11 65 / Catalina.GONZALESDECKER@loreal.com
UNESCO
Sue Williams / +33 (0)1 45 68 17 06 / s.williams@unesco.org
Agnès Bardon /+33 (0)1 45 68 17 67 / a.bardon@unesco.org

A PROPOS DE LA FONDATION L’ORÉAL
Accompagner. Valoriser. Transmettre. Soutenir. Bousculer les lignes. Des convictions, des  valeurs clés, qui  animent jour après jour l'engagement de la Fondation L'Oréal auprès des femmes à travers le monde. Et c’est  avec la Science et la Beauté que la Fondation révèle et valorise toutes celles qu'elle accompagne au travers de missions  qui s'articulent autour de deux thématiques fortes : Pour les Femmes et la Science ; la Beauté pour se sentir mieux et s'en sortir mieux.

Avec son action Pour les Femmes et la Science, la Fondation suscite les vocations de jeunes étudiantes dès le lycée, encourage les chercheuses, et couronne l’excellence dans un domaine où elles devraient être encore bien plus nombreuses.  Depuis 17 ans, ce sont plus de 2250 femmes de science issues de plus de 110 pays qui ont été  distinguées et récompensées. 

La Beauté pour se sentir mieux et s'en sortir mieux, ce sont  les soins prodigués pour aider les femmes touchées par les maladies, la précarité, l'isolement, à renouer avec l'estime de soi, à retrouver une  féminité malmenée. C’est aussi les aider  à se  projeter dans le futur, grâce aux programmes de formation aux métiers de la beauté.

A PROPOS DE L’UNESCO
Depuis sa création en 1945, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO) soutient la coopération scientifique comme un levier de développement durable et de paix entre les peuples. L’UNESCO soutient les Etats dans le développement des politiques publiques et le renforcement des capacités dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’innovation, l’enseignement des sciences. L’UNESCO pilote également plusieurs programmes intergouvernementaux consacrés à la gestion durable de l’eau douce et des ressources océaniques et terrestres, la protection de la biodiversité et le recours à la science pour lutter contre le changement climatique et les catastrophes naturelles. Dans la poursuite de ses objectifs, l'Organisation s’attache à l'élimination de toute forme de discrimination et à la promotion de l'égalité entre hommes et femmes.