Comment mesurer et réduire l’impact d’une formule sur l’environnement ?

L’amélioration de la biodégradabilité et la réduction de l’empreinte eau sont les vecteurs essentiels qui permettent de diminuer l’impact d’une formule sur l’environnement et d’améliorer ainsi l’empreinte environnementale de nos produits.

comment-mesurer-et-reduire-limpact-dune-formule-sur-lenvironnement_main.jpg

04/2016 • Mis à jour 19/04/2018

Amélioration de la biodégradabilité des formules

L’Oréal réalise depuis plusieurs années des analyses de cycle de vie de ses produits pour mesurer leur impact sur l’environnement. Ces études démontrent notamment que l’un des impacts principaux des formules sur l’environnement concerne l’eau, en particulier celle rejetée par le consommateur lors du rinçage, une fois le produit utilisé.

Les équipes de L’Oréal travaillent donc à améliorer le profil environnemental des formules sur deux axes :

  • l’amélioration de la biodégradabilité des formules, c’est-à-dire leur capacité à être dégradées par les micro-organismes présents dans la nature ;
  • la réduction de leur empreinte eau, qui représente l’impact des produits sur l’environnement aquatique.

Résultat : 76 % des produits nouveaux ou rénovés qui ont été lancés en 2017 présentent un profil environnemental ou social amélioré, et 52 % grâce à une nouvelle formule dont l’empreinte environnementale a été réduite.

Parmi les nouveautés lancées en 2017, on trouve des produits dont la formule présentant des niveaux de biodégradabilité supérieurs à 98 % au sein de nos différentes marques.

Un outil d’écoconception des formules

Tous les produits fabriqués par le Groupe L’Oréal (shampoings, soins du cheveu, styling, colorations, gels douche, soins de la peau, déodorants, solaires, maquillage, parfums, etc.) ont été classés en fonction des bénéfices offerts au consommateur. 143 catégories de produits ont été définies et plus de 40 000 formules ont été passées au crible. Un outil d’écoconception a été créé dans le but d’améliorer le profil environnemental des formules, à bénéfice consommateur équivalent. Intégré à SPOT, l’outil d’évaluation des produits du Groupe, ce dispositif est utilisé par toutes les équipes de formulateurs.

Parmi les nouveautés lancées en 2017, se trouvent des produits dont la formule présente un niveau de biodégradabilité supérieur à 98 % au sein des différentes marques du Groupe, comme, par exemple, chez Garnier, le masque nourrissant pour cheveux Fructis Hair Food Banane ou le tonique végétal réconfortant au miel de fleurs, le gommage purifiant Sucres de soin de L’Oréal Paris, le soin cheveux concentré créateur de masse capillaire de Vichy ou encore le nettoyant visage illuminateur d’Yves Saint Laurent.

Au total, le taux de biodégradabilité moyen de tous les shampoings vendus en 2016 s’élève à 91 %, et celui des gels douche a été porté à 87 % (contre 84 % en 2015).

Des résultats reconnus

Ces améliorations en matière d’empreinte des formules, combinées à la réduction de la consommation d’eau réalisée au niveau de la production, ont valu à L’Oréal d’obtenir en 2017, pour la deuxième année consécutive, un score de « A », soit le plus haut niveau de performance dans le classement des entreprises en matière de gestion durable de l’eau, réalisé par le CDP.

MARQUES

Réduire l’empreinte environnementale de nos formules

D’ici à 2020, 100 % de nos produits présenteront un profil environnemental ou social amélioré. Pour y parvenir, les chercheurs de L’Oréal travaillent à l’amélioration du profil environnemental des formules, en particulier leur biodégradabilité et leur empreinte eau.